Ordinaire et Magique

En voyant pour la première fois les photographies de Geraldo Melo, j’ai eu la sensation de découvrir une nouvelle façon de s’exprimer en photographie. Le plus curieux, c’est qu’il n’y avait rien d’étrange dans ses photos, aucune intention de choquer le spectateur, quoique plusieurs étaient marquées par une expression très particulière, unique.

Parmi ses photos, la première qui m’a particulièrement touché montrait une vue en plan large d’une vieille ville, avec de hauts immeubles qui s’imposaient à la vue du spectateur. S’en dégageait une expression différente, comme un impact évident. J’ai eu la même impression en voyant d’autres photos de Geraldo, que ce soit un pont enjambant un fleuve, une jeune femme traversant un boisé ou un groupe d’hommes mangeant autour d’une table. C’était tout à la fois ordinaire et magique.

Au début, j’ai pensé que cette magie provenait des couleurs, de l’originalité que Geraldo Melo parvient à passer dans la tonalité de ses photos. C’est peut-être vrai. Cependant, en voyant une photo en noir et blanc, j’ai compris que cette magie ne provenait pas seulement des couleurs, mais d’une certaine aura spéciale qui imprégnait ses sujets, de la façon dont il aborde la composition et de la relation entre la forme et l’espace, la lumière et l’ombre, qui est propre à son langage photographique.

Se référant à son art, Melo a affirmé que ses photographies résultent non seulement de sa technique, mais aussi d’une réflexion aboutie sur ce qu’il va photographier. Je n’ai aucun doute, en effet, que des clichés d’une telle qualité ne surgissent pas de la captation d’images aléatoires.

Ferreira Gullar

Revenir