Avant et après le clic

Rien n’est par hasard et tout est par hasard, mais rien n’est gratuit dans les images que je crée. La conception de l’image survient bien avant de déclencher l’obturateur, quand je me sers de mon expérience et de l’observation permanente des contextes et des émotions autour de moi. En vérité, je travaille tout le temps, que ce soit les yeux ouverts ou fermés. J’essaye de me rapprocher, jour après jour, des mouvements des villes et des personnes, dans une tentative de saisir l’ensemble, sans perdre de vue l’individualité. J’essaye de capter le mouvement humain quotidien, de capter l’âme, non dans le sens religieux du terme, mais dans les questionnements internes, dans les possibilités et dans la solitude à laquelle nous ne pouvons pas échapper. J’essaye de capter ce qui nous rend semblables – nos moments communs et en commun – au milieu de tant de différences personnelles, régionales et culturelles. En d’autres termes, je cherche à montrer les sentiments triviaux qu existent en chacun de nous. Ainsi, le clic est seulement le moment sacré d’une capture qui a commencé bien avant, et dont je ne sais jamais quand elle va se terminer. Mon processus créatif consiste à attendre que l’image se passe, comme une conséquence d’un processus d’observation constante que je pratique en permanence, comme un vice, ou un mauvais sort.

Deixe uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

*